03 janvier 2008

La vie d'artiste - Léo Ferré (1975)




Très certainement la plus belle et la plus méconnue des chansons de Ferré. Reprenant le thème de la bohème d'Aznavour, Ferré va beaucoup plus loin, son interprétation est plus subtile, plus tragique, et les non-dits sont terrifiants. Les paroles sont scandées, tandis que la mélodie du piano se transforme en rage lorsque le musicien frappe le clavier dans un final qui résume en quelques secondes le néant de l'existence. Du grand art.

Le style de bateleur (brillant) d'Aznavour fait naître un étrange sentiment de tristesse mais aussi joie... Il donne ainsi l'impression que "tout le monde" a connu la bohème, d'où le succès de cette chanson. Aznavour joue à merveille avec le folklore parisien il touche le public au cœur dans un grand élan de nostalgie réinventée. ( il n'y a qu'à écouter l'ignoble interprétation jazzy de la bohème par Garou...)

Rien de tout cela chez Ferré, mais une interprétation subjective et fermée, un poème noir, un cri de rage qui se moque de la grande messe élégiaque de la bohème...



4 commentaires:

ARTEMUS DADA a dit…

Meilleurs vœux (enfumés)

Je compte écrire quelqlue chose sur Zorro et j'aimerais inclure ce que tu avais fait sur le personnage pour Antogonistic.
M'y autorises-tu ?

Tristan Ranx a dit…

Meilleurs voeux

je te donne mon autorisation avec plaisir. As-tu encore le texte ?

Artemus Dada a dit…

Oui, je l'avais archivé (3 chapitres c'est ça ?).

Merci

md a dit…

Il faut croire à l'histoire ancienne...

Une de ses absolues - avec La lettre, enfin je crois que c'est le nom de la chanson.